– DICK DE DERY –

Regard

Dick de Déry nous confie :
« Ce que j’aime c’est passer des heures à dégager un fémur de plésiosaure de sa gangue de calcaire, à graver des asticots dans un bout d’os, ou à chercher une ombre ou un éclat dans un dessin… comme il y a des vieilles dames qui font de la dentelle.
J’ai passé mon enfance à la campagne et dans la bibliothèque d’une grand’tante spécialiste d’art médiéval, parmi des menuisiers et des agriculteurs, des forêts et des vieilles pierres.
Je dessine depuis toujours, en pleine page, dans les marges de mes cahiers, puis pendant les réunions d’équipe, et depuis une dizaine d’années je sculpte.
Pour moi c’est la même chose : juste des moyens, des matériaux (papier, os, bois, nacre…) et des outils simples (crayon, bic, feutre, cutter, lime et depuis peu une micro ponceuse pour dégrossir l’os). J’aimerais être un artisan.
Pas d’investissement financier important, pas d’outil sophistiqué, mais une belle matière et ma technique, mon univers intérieur.
Je travaille dans mon salon, d’où un certain bordel d’objets et de poussière d’os… Peu à peu je me suis orienté vers de tout petits formats sur lesquels je me concentre actuellement, que ce soit en dessin ou en volumes.
Ils ont le mérite énorme de ne pas être encombrants, me permettent la minutie du préparateur en paléontologie que j’ai été et s’inscrivent dans un lignage.
Les plaquettes d’os gravées magdaléniennes de la grotte de la vache, les palettes prédynastiques et le livre des morts égyptiens, les sceaux cylindres mésopotamiens, les jades mayas ou chinois, la céramique sigillée, la tabletterie, l’intaille et le camée, l’enluminure, la gravure, les monnayages, le timbre-poste, la case de bande dessinée, le ticket de cinéma, le photomaton, la surprise kinder et l’étiquette de boîte de conserve composent une histoire de la miniature, universel , animé de figures, qu’elles soient animales, humaines ou potagères, parfois portrait (que ce soit celui d’auguste ou d’une sardine), ou fragment de récit .
C’est ce format et cette lignée qui m’intéressent ici. … les bibelots (cartes, carnets, boîtes ou plaquettes) que je produis sont pour moi, en tant qu’objets et par leur décor, les témoins d’univers que j’aimerais à la fois familiers et lointains, des objets qui citent ou qui évoquent sans jamais parler tout à fait clairement, peuplés de mes mythologies. »

Inscrivez-vous à la newsletter :

Scroll Up