Wladd Muta

Tirage illimité « L’Œuf Noir du Plexus Solaire » – Wladd Muta

50,00



Édition illimitée

2013

Support d’impression au choix

Un aperçu des différents formats

Les cadres en option

« … et lorsque la dernière étoile s’éteindra, lorsque la dernière supernova sera consumée, nous irons vivre auprès des trous noirs, précisément là où s’engouffreront les derniers cieux incandescents, ultime souffle d’un univers terminal. Nous y installerons des planètes en orbites stables et favorables (effleurant sans relâche l’anéantissement mais toujours singulièrement vivants) et nous contemplerons la beauté de l’abîme ; l’abime nous inspirera et nourrira de nouvelles formes de vies, de nouveaux états de conscience, nouvelles stratégies organiques, nouvelles façons de rêver et créer des mondes. Le trou noir sera notre temps, notre nourriture, notre médecine, notre religion et le point de départ d’un nouvel univers où il fera enfin bon vivre… »

Graphiste et plasticien, vivant et travaillant sur le pli alpin occidental (45° 34′ 12″ nord, 5° 54′ 42″ est), Wladd Muta rêve l’art sacré d’un monde à l’orée des gouffres. Il y mélange encre noire, pigments noirs, cire d’abeille (souvent noire), feuilles d’or, sons, photographie, divers outils numériques, ou encore des mots, pour composer des icônes où le trou noir destructeur devient le soleil noir du mystère créateur.

Au cours des années il a participé à divers expositions et évènement artistiques : entre autres à la galerie d’art underground Provo à Lyon en 1994, au théâtre Le Croiseur lors du lancement de la revue Mercure Liquide n°5 à Lyon en 2007, à une exposition collective de la galerie Rise Berlin en 2009 en Allemagne ; une exposition au musée d’Art contemporain du 21er Haus (musée du Belvédère) à Vienne en Autriche en 2014, et plus récemment l’exposition collective du « Cabinet of the Solar Plexus » à la GalleryX à Dublin en Irlande. En parallèle et complément du travail visuel il développe depuis plusieurs années un projet sonore collaboratif avec le guitariste expérimental Nico Guerrero et les abeilles de la ruche noire.

Scroll Up