Marjolaine Larrivé

Tirage limité « Sirène » – Marjolaine Larrivé

150,00

30 en stock

Édition limitée à 30 exemplaires signés et numérotés avec certificat d’authenticité

2004

Support d’impression au choix

Un aperçu des différents formats

Les cadres en option

Catégories : , , , ,
Partager:

Dessinatrice, graveuse, mais aussi plasticienne sous le pseudonyme de Secrètes Savonnettes, Marjolaine Larrivé a étudié la gravure à l’école Estienne à Paris, puis l’illustration à l’école des Arts Décoratifs de Strasbourg. Elle passe ensuite un an à l’école La Cambre à Bruxelles.
Elle réside et travaille à Lyon depuis 12 ans. Son travail de dessin, principalement monochrome au début, laisse place à des images plus colorées quand elle quitte l’estampe pour l’illustration. Elle recherche toujours la finesse de la ligne et on retrouve ce même souci du détail. Elle utilise principalement l’aquarelle pour peindre, en privilégiant une technique « sec sur sec » qui permet une grande finesse, et un contrôle dans le rendu plastique.
Elle tire son inspiration d’Edmond Dulac, Arthur Rackham qui sont de grands illustrateurs du début du XX ème siècle, mais aussi par l’artiste -graveur Féliçien Rops, le dessinateur Franz Von Bayros ou encore l’illustrateur Hédouard.

IMAGES NARRATIVES & ILLUSTRATIONS:
LES CONTES
« Parmi les images présentées ici, certaines images sont issues de projets de livres : Les contes du Petit Chaperon Rouge, ou encore le « Blanche-Neige » de frères Grimm m’ont servis de support à variations ; mais j’ai aussi créé un personnage de toutes pièces « Antonnella » -ou les vertiges de l’amour en orient » ; Généralement, le rapport texte-image est très important pour moi, dans la mesure où on peut jouer avec – mon image doit apporter quelque chose de supplémentaire au texte : ce qui me passionne c’est de faire en sorte qu’un visuel apporte une teneur plus complexe au discours tout en l’épaulant.
Pour le travail sur Blanche-Neige, j’ai cherché à traduire visuellement les symboliques souterraines à l’œuvre dans le texte de Grimm. Ce travail n’est pas destiné aux enfants, c’est plutôt une étude imagée sur la polysémie du texte : Ce conte de fée, transmis oralement pendant des siècles, poli et enrichi d’année en année, met en scène une quête initiatique complexe : conflits familiaux, ambivalence du désir, recherche conflictuelle de la féminité… La pomme empoisonnée et le corset enchanté sont des éléments séduisants et dangereux, qui témoignent des épreuves que traverse l’héroïne avant d’arriver saine et sauve à l’âge adulte. Qui dit mieux !?! C’est un matériel d’une richesse inépuisable pour un illustrateur. »

LES ILLUSTRATIONS « SOLO »
« La plus grande production de mes images ne se base pas sur des textes; toutefois ce sont des images qui sont dans la même lignée que mon travail sur les contes, car ce sont des images à différents niveaux de lecture. Quand l’inspiration, sous la forme d’une image à la fois forte et piquante surgit, quand deux éléments se combinent de façon à la fois puissante et déconcertante par exemple, je sais que l’image vaut le coup d’être dessinée, composée et mise en couleurs. Je cherche une certaine force d’évocation.
Ensuite, je dois veiller à garder intacte mon idée d’origine; la composition découle de façon fluide, elle sert principalement à mettre en valeur l’image symbolique; des ornementations de type fleurs, rochers, rivière s’imposent souvent d’eux-mêmes.
Je souhaite que mes visuels agissent sur le spectateur à la manière d’un rêve qui avancerait masqué : au début on voit seulement que c’est ornementé et délicat; mais en réalité l’image est forte de son pouvoir de suggestion, et apporte son lot de questions – ou de réponses. »

Scroll Up